Blog Voyage Trek TrekNamibie

Namibie (2): inselberg Mirabib, Rock arch

de Patrick
>>>> Plein Ecran <<<<
audio

Namib Central: après le désert de sable, le désert rocheux…

 

Solitaire, le Bagdad Café namibien!

J4: Solitaire, camp d’Homeb

Au réveil, de jolis petits nuages agrémentent le ciel. Nous partons vers 7h15 en direction d’Homeb dans le Namib central pour environ 4h de piste. Nous faisons une halte à Solitaire, le petit Bagdad Café namibien. Willem Christoffel van Coller et sa femme, des éleveurs de moutons Karakul, nommèrent ce lieu Solitaire, faisant référence à la pierre précieuse et à l’idée de solitude attachée à cet endroit.

Solitaire NamibieOn y découvre des carcasses de vieilles voitures américaines, de vieilles pompes à essence, entreposées comme des oeuvres d’art, c’est décalé et ça marche… les touristes viennent à Solitaire, car il y a des commodités tels station essence, garage, bar, petit commerce et surtout une boulangerie-pâtisserie servant un authentique Apfelstrudel. J’ai testé, il est excellent, vous pouvez y aller les yeux fermés!!! Devant l’affluence touristique, un camping et un lodge ont vu le jour ces dernières années.

Nous voilà repartis de Solitaire dans un paysage de plus en plus désertique. Nous traversons un canyon et faisons une pause sur un plateau karstique. Il y a de jolis petits arbustes et de belles veines de feldspath. Nous passons le tropique du Capricorne. C’est le parallèle 23° 26′ 13,490″ de latitude sud, qui est la ligne la plus au sud sur laquelle on voit le soleil au zénith lors du solstice d’hiver, marquant le début du signe zodiacal du Capricorne.

zèbre HartmannNous reprenons la piste en passant le col de Ghaub  à 1800m d’altitude, le 4×4 est un peu poussif, puis c’est la descente vers Homeb. Nous rencontrons de nombreux animaux, oryx, springbok, girafes, zèbres de Hartmann, ces derniers nous font même le plaisir de traverser devant le 4×4. Vers 12h, nous sommes à notre camp d’Homeb situé à environ 550m d’altitude. Homeb, oasis sur la rivière Kuiseb, marque la limite entre le Namib sablonneux et le Namib rocheux. Nous sommes à côté de quelques fermes. De très beaux acacias nous offrent leur ombre pour manger. C’est maintenant l’heure de la sieste pour les uns, de la lecture pour d’autres ou encore de quelques parties de tarot pour les derniers. Vers 15h, nous traversons le lit de rivière pour grimper à l’assaut des dunes et attendre tranquillement le coucher du soleil. Quelques avions de tourisme nous survolent. Ce sera mon tour dans quelques jours, puisque Didier et moi envisageons de survoler le désert du Namib lorsque nous serons à Swakopmund.

LNamibie Homebes dunes d’Homeb sont beaucoup moins imposantes que celles de Sossusvlei, mais nous sommes les seuls à les fouler, ce qui procure toujours un plaisir certain. L’envie est grande de gravir les arêtes vierges, d’aller plus loin et plus haut pour découvrir de nouvelles dunes, de nouvelles courbes, une arête esthétique à photographier, n’est-ce pas Patrick? Adossés à un cairn, nous regardons le soleil se coucher.

 

Les inselbergs, une curiosité géologique

J5: Inselberg Mirabib, Rock Arch

Départ vers 7h15 pour une heure de randonnée dans les reliefs tourmentés de schiste et de limon que nous avons traversés hier en arrivant. Nous passons devant les fermes, prenons de la hauteur afin d’avoir une belle vue sur la rivière Kuiseb et les beaux acacias verts sur fond de dunes ocre. Namibie HomebAucun sentier, juste des sentes empruntées par les zèbres, mais cela passe presque partout. Nous redescendons sur la piste au moment où Paulus arrive. Nous montons dans le 4×4 et partons pour une petite heure de piste vers le rocher de Mirabib, étrange inselberg de granit isolé au milieu du reg. La plaine est couverte d’herbe jaune qui contraste avec le bleu du ciel, quel paysage! Un inselberg est une petite montagne de quelques dizaines à centaines de mètres de hauteur créée par l’érosion.

inselberg MirabibNous explorons l’inselberg Mirabib. Les Commiphoras fournissent de beaux premiers plans pour les photos.  Ce sont de petits arbustes aux branches tortueuses avec une écorce rouge cuivrée. Il en existe une trentaine de variétés en Namibie. Certaines Commiphoras sont utilisées en parfumerie. Elles sont esthétiques et réellement renversantes: Patrick peut en témoigner, lui qui fait un roulé-boulé lorsque la roche sur laquelle il s’était assis pour en photographier a basculé. Plus de peur que de mal!!!

OryxNous repartons de l’inselberg Mirabib pour 3h de piste et sur le trajet nous voyons zèbres, autruches, oryx, springboks et même des girafes. Un springbok semble faire la course avec le 4×4 et c’est cette petite antilope qui gagne! Elle fait des bons, comme si elle s’amusait, quelle élégance et quelle finesse! La piste devient plus étroite et moins praticable, seuls les 4×4 y ont accès et il vaut mieux avoir l’habitude afin de ne pas s’ensabler ou faire une sortie de piste. Nous avons l’impression d’aller au bout du monde. Nous traversons le lit de la rivière Tinkas qui forme une belle oasis.  Quelques springboks font la route avec nous.

Namibie Rock ArchVers 13h30 nous arrivons à Rock Arch, notre campement pour 2 nuits. Nous sommes à 900m d’altitude, au pied d’une très belle arche. Devant nous, une plaine à perte de vue et de belles montagnes dans le lointain. Quoi rêver de mieux! chacun choisit son emplacement pendant que Paulus nous prépare le repas. Ensuite, sieste ou lecture à l’ombre de l’arche. Vers 16h, nous traversons la plaine pour monter sur de petits monticules en attendant le coucher de soleil. Nous découvrons de grands troupeaux de zèbres, oryx et springboks. Nous essayons de nous approcher discrètement, mais en regardant à la jumelle, nous nous apercevons que nous sommes repérés, ils ont tous le regard rivé sur nous. La lune se lève tandis que le soleil décline. Au loin on entrevoit un rocher allongé en forme de baleine, vers lequel nous irons demain. De retour au camp, nous découvrons un trou énorme. C’est un trou d’oryctérope du Cap, mammifère qui se nourrit essentiellement de termites. Bon appétit, mais je préfère le menu de ce soir : boeuf grillé au feu de bois, pomme de terre cuite dans la cendre, maïs et purée de courge butternut, un pur régal.

 

Randonnée sur la terre des San

Pendant le petit déjeuner, nous assistons au coucher de la lune et au lever de soleil. Vers 7h15 on part de Rock Arch pour 4h de marche en direction de la «baleine». Nous descendons dans un lit de rivière, apercevons des traces qui ressemblent, d’après Patrick à celles d’un léopard, remontons quelque peu avant de redescendre dans un second lit de rivière. Nous arrivons au pied de ce mastodonte de granit sur lequel nous grimpons.

Namibie Rock ArchDes rochers de toutes les tailles et toutes les formes sont disposés là comme dans un tableau. Plaine désertique, herbe rase jaunie par le soleil, formes rocheuses labyrinthiques, Commiphoras échevelés, tels sont les paysages intemporels de la Namibie. C’est là que vivaient les San (ou Bochiman) jusqu’au début du 20e siècle. C’est un peuple nomade de chasseurs-cueilleurs. Les San sont les plus anciens habitants de la Namibie, et ils occupaient il y a plus de 40 000 ans toute l’Afrique australe. Actuellement, ils vivent à l’est dans le désert du Kalahari. euphorbeIl y a 11 groupes ethniques en Namibie dont les principaux sont: le peuple Ovambo, au nord du pays, qui représente la moitié de la population avec 12 tribus, le peuple Kavango au nord-est avec 5 tribus, le peuple Héréro, le peuple Damara, le peuple Nama, le peuple Caprivien, le peuple San et enfin le peuple Himba ou «peuple rouge» qui vit au nord dans le massif du Kaokoland. Nous irons les rejoindre et marcher avec eux en fin de voyage.

Il fait déjà bien chaud et nous revenons au camp. Nous sommes heureux de retrouver Rock Arch et son ombre. Vers 16h, nous partons pour une nouvelle destination afin d’assister au coucher de soleil. Une belle euphorbe nous attend sous le sommet. Nous redescendons vers de beaux rochers qui rougeoient au soleil couchant. La lune, presque pleine quant à elle, est déjà haute dans le ciel.

 

 

La suite du voyage...

Poster un commentaire