Blog Voyage Trek VoyageLaponie

Laponie (1): ski, sauna et bain glacé

de Patrick
>>>> Plein Ecran <<<<
audio

Les paysages enchanteurs de Laponie

 

Premier contact avec la neige

J1: Olos. Un ciel gris, une température d’environ -7° au départ

ski LaponieAprès la séance de fartage rituelle, les conseils avisés de Jean et Patricia, chacun s’ébroue sur les pistes. Il y a les aficionados du skating dont nous faisons partie et ceux du ski alternatif à farter.

Vers 10h nous partons en direction d’Olos en traversant un lac, un petit bois, puis le lac Särkijärvi avant d’aller plein ouest jusqu’à Olos, petite station alpine située au pied de la montagne Olostunturi Muonio. Nous nous réfugions dans l’unique hôtel/restaurant à la verrière en forme de tipi et regardons la neige qui continue à tomber en poudre fine. Les arbres disparaissent sous d’épaisses couches de neige, mais le gris du ciel n’engage pas à la photo.

Laponie renneIl faut se résigner à repartir, car nous avons encore de la « route » pour rejoindre Jeris. Nous contournons Olos, rejoignons la piste de ce matin sur une centaine de mètres avant de prendre la direction de Torassieppi, petit village qui comprend une ferme traditionnelle de rennes et un hôtel de glace. Dernière ligne droite pour rejoindre Jeris, cela grimpe et c’est dur en fin de journée. Le soleil fait de brèves apparitions à travers les arbres. Nous rentrons vers 16h après avoir parcouru 36km et 280m de dénivelé positive, une belle mise en jambe.

 

 

La féérie de la montagne Mustavaara

J2: Pallas. Le soleil est bien présent ce matin, mais le froid également avec -18° vers 10h.

laponie tunturiLes groupes se reforment et nous voilà partis en direction de Pallas, plein Nord. La neige est très froide et nous avons l’impression d’être « scotchés » à la piste. Les rayons du soleil éclairent doucement la neige et mettent en valeur les arbres recouverts d’une large robe blanche. Nous montons par la droite vers la montagne de Mustavaara. C’est une pure merveille : une allée d’arbres gigantesques borde la piste de part et d’autre. Ils dégoulinent de neige, telles des bougies qui ont fondu. La montée n’en finit pas, mais c’est magique. De petites boules ou encore de petits personnages blancs dansent sur la neige… Là, un hippocampe surgit, ou encore un chien, un sphinx, une femme au gros nez, avec en arrière-plan les tunturis, ces montagnes arrondies de Pallas.

Laponie arbre givréNous atteignons un plateau où la nature est figée dans un suaire blanc.  Seuls quelques bouts de branches tentent de sortir de leur carcan, laissant entrevoir une nuance verte. Nous serions tentés de nous approcher de chaque forme blanche, mais il est impossible de s’aventurer hors de la piste avec nos skis de fond qui s’enfoncent allègrement dans la poudreuse.

Nous avançons lentement car les photos s’enchaînent, et il est difficile de laisser derrière soi un tel spectacle. Nous rejoignons enfin la cabane de Mustavaara, où nous faisons une pause « pâte de coing » avant de descendre et prendre à gauche en direction de Pallas.

Pendant 8 km, nous allons endurer des montagnes russes, puis une montée interminable avant d’arriver à Pallas. C’est une petite station de ski alpin située au pied de Pallastunturi qui est un des principaux tunturi de Laponie, composé de 7 sommets culminant à 800 mètres d’altitude. Nous nous mettons au chaud dans le seul hôtel de la station. Un petit gâteau, une boisson chaude ou froide selon les envies vont compléter agréablement notre maigre pique-nique. L’intérieur est cosy, il y a même un tricot à la disposition des convives.  Nous montons à tour de rôle un rang de l’ouvrage, Guillaume excelle dans cette discipline!

Laponie paysage hiverAprès une longue pause, nous repartons pour une petite boucle avant de redescendre vers Jeris. La piste est jalonnée de colonnes blanches, tels les piliers majestueux de la Sagrada Familia à Barcelone. À la cabane de Mäniyrova, personne ne se fait prier pour prendre la directissime, soit 12km au lieu des 20km en passant par Toras-Sieppi.  Les rayons du soleil déclinent  de belles ombres. Nous rentrons fourbus de nos 33km et 440m de dénivelé positif, mais heureux de cette journée à travers des paysages enchanteurs.

 

 

La piscine n’était pas chauffée!

J3: Särkijarvan. Le ciel est voilé au lever avec une température de -11°.

finlande geai sibérienNous voilà partis vers le sud-est. Nous prenons la même direction que dimanche, pensant pouvoir continuer en longeant le lac Särkijärvi. Malheureusement la piste n’est pas tracée, nous devons traverser le petit bois, puis bifurquer à gauche vers Kropic. La piste serpente et forme des montagnes russes jusqu’à descendre franchement pour croiser la route de Muonio.

En fait rapidement, nous longeons le lac sur une ancienne piste couverte de neige fraîche, dans une brume peu engageante. Philippe entraîne Patrick dans une course effrénée et ils partent en solo jusqu’au bout du lac sans s’arrêter. Vincent s’assure régulièrement que je suis bien toujours derrière. Cette piste n’en finit pas et à 2 ou 3 reprises, la fatigue aidant, j’enfonce un ski dans la poudreuse.  Après 7km de galère, nous rejoignons la piste damée et il ne nous reste plus qu’à traverser le petit bois, puis le lac de Särkijarvi pour rejoindre le café de Särkijarvan. Nous avons déjà parcouru 28km.

cabane LaponieNous y retrouvons nos « colocataires » Pascale et Évelyne qui sont venues avec Sylvia et s’apprêtent à repartir. Fabrice et Fanny sont également attablés. Sylvie et Guillaume ne tarderont pas à nous rejoindre. Une bonne boisson chaude et une pâtisserie complètent notre pique-nique et nous font oublier le froid humide de ce matin. Après cette bonne pause, tandis que Fabrice, Fanny, Sylvie et Guillaume rentrent au plus court, Vincent, Philippe, Patrick et moi-même n’en avons pas assez et faisons un petit détour  par Toras-Sieppi ! Les derniers kilomètres me paraissent très longs, la moindre bosse me semble être une véritable montagne !!! Au final nous avons parcouru 46km et 250m de dénivelé positif.

sauna lac glacéCe soir nous avons réservé le sauna traditionnel au feu de bois, le jacuzzi et la piscine chauffée.  Vers 17h, un bon nombre d’entre nous se retrouvent dans le sauna, très peu éclairé, sentant bien la fumée. Il  n’est pas très chaud malheureusement. A la sortie, le sport local consiste à se baigner dans l’eau glacée du lac. Chacun tente avec plus ou moins de bonheur l’expérience. Patrick, en voulant y rentrer rapidement, glisse sur la 1ère marche gelée, descend l’escalier sur le dos et se retrouve immergé dans l’eau glacée!!! Même pas mal!!! Fabrice photographie les exploits de chacun à son engagement maximum, une seule constante, les visages qui parlent d’eux même !!!

 

La suite du voyage...

2 commentaires

michel 15 avril 2018 - 8 h 35 min

çà devait être sympa pour vous…. mais Elisabeth ne sait pas nager alors et moi ! ça va pas non !
amicalement Michel

Reply
Patrick 15 avril 2018 - 9 h 35 min

Bonjour Michel,
C’est vrai que cela secoue le bain glacé, mais le sauna brûlant te crée une sorte de film sur la peau et tu ne sens plus le froid, enfin momentanément !!! Sinon pour Elisabeth, je pense que c’est foutu !!!

Reply

Poster un commentaire