Blog Voyage Trek VoyageLaponie

Laponie (2): course aux aurores boréales

de Patrick
>>>> Plein Ecran <<<<
audio

Aurores boréales, la belle Laponie dévoile ses atours

 

Särkitunturi, le joyau de Jeris

J4 : Särkitunturi. Ce matin le soleil est bien présent, mais le froid également avec -14° au départ.

Finlande arbre givréAujourd’hui, direction plein sud pour gravir Särkitunturi, le must du domaine d’après les copains qui y sont allés il y a 2 jours. Nous partons par Tunturiporo pour rejoindre la piste éclairée jusqu’à Särkijarvi. Rapidement le soleil est moins radieux. Heureusement cela ne dure pas, et les nuages se déchirent pour laisser place à un ciel moutonné, convenant parfaitement à la photographie des arbres gigantesques croulant sous le poids de la neige.

Laponie hiver neigeQuel spectacle ! Au loin derrière nous les tunturis enneigés, à gauche l’immensité du lac de Särkijarvi, puis ici ou là des sculptures de neige givrée qui stimulent notre imagination… une pieuvre, une autruche, un écureuil… La piste se redresse pour atteindre le sommet qui culmine à 490m et nous croisons déjà quelques skieurs qui redescendent.

Laponie tunturiLe soleil éclaire de plus en plus le paysage, faisant apparaître de belles ombres. Les différents plans formés par les arbres entièrement blancs dominant le lac s’éclairent alternativement, au gré des percées du soleil. Au sommet, la vue à 360° est magnifique. Comme dans le conte de Grimm, les 7 Nains vaquent à leurs occupations, et Patrick s’aventure à leur rencontre surfant sur les vagues blanches façonnées par le vent. C’est tout juste magique et féérique…

Laponie cabaneBientôt il faut se résigner à redescendre, nous n’avons pas encore mangé et nous commençons à sentir sérieusement le froid. A la montée, Fabrice a repéré une cabane où l’on pourra faire un feu. Tant que nous prenons les dernières photos, les premiers partent pour réserver la place et préparer le feu. Cette pause est bienvenue. Les sandwichs se réchauffent sur le feu en même temps que nos mains…

Nous retraversons les deux bras du lac que nous connaissons bien maintenant. Aujourd’hui, ce fut une petite journée de ski, car nous n’avons parcouru que 25km et 250m de montée, mais une grande journée pour les photos !

Au retour l’excitation monte, car des aurores boréales pourraient avoir lieu ce soir. L’appli « My Aurora Forecast » indique un coefficient 4, donc une forte probabilité.

aurore boréaleAprès le sauna réparateur, nous préparons un sac à dos avec des vêtements chauds, la frontale, le pied photo. Patrick fait des essais en pause longue pour régler diaphragme et sensibilité. Le repas est vite expédié et dès 20h, nous sommes à pied d’œuvre sur le lac. Cela ne se fait pas attendre. La première lueur est assez pâle, mais très ample. Puis le rideau se déploie en arc de cercle au-dessus de nos têtes, formant un beau drapé qui apparaît vert et violet sur l’écran de l’appareil. En effet, l’appareil photo en pause longue est beaucoup plus sensible que nos yeux à la couleur. C’est tout juste magique de voir ces formes se déplacer au-dessus de nous en un ballet multicolore. Le froid est mordant cette nuit, mais il faut tenir encore un peu… Une volute verte se forme au-dessus du sauna éclairé. Une dernière photo, puis c’est le retour car nous avons les pieds gelés et Patrick ne sent plus ses doigts à force d’enlever ses gants pour régler le pied et appuyer sur le déclencheur.

 

Perdus dans les tunturis de Pallas

J5: Pallas. Au départ, la température est de -18° avec un grand soleil.

Laponie ski de fondC’est notre journée en ski alternatif à farter. Nous partons plein nord pour faire le tour des tunturis de Pallas. Nous prenons au plus direct pour rejoindre Pallas par la piste par laquelle nous sommes redescendus lundi. Dès le départ je sens que l’accroche n’est pas terrible, mais je m’accroche !!! Finlande forêt hiverLes couleurs du matin sont superbes, la montée dans la forêt est très belle.

Au croisement, juste avant Pallas, j’applique du fart de retenue sur une plus grande longueur, espérant une meilleure accroche. Ce n’est pas beaucoup mieux. En fait les skis sont trop raides pour mon poids et c’est dommage, car cela me gâche un peu le plaisir de skier. De plus, le tour des tunturis de Pallas s’avère être la plus longue journée en termes de distance. Ensuite, ma batterie d’appareil photo tombe en carafe, rien ne va plus aujourd’hui…

Finlande refugeLa piste est magnifique, bordée de grands conifères couverts de blanc. Ce n’est que vers 14h que j’arrive au refuge de Nammalakuru. Le groupe de Patricia monté en bus jusqu’à Pallas se prépare à redescendre par la même piste. Quant à Patrick, il s’égare entre les créatures de neige, les photographiant les unes après les autres. Le refuge est recouvert d’une épaisse couche de neige et chacune des 4 cheminées est surmontée d’un chapeau blanc. Comme hier, de nombreux petits nains, mais aussi quelques graciles elfes peuplent ce plateau.

Finlande tunturiPatrick mange sur le pouce, car il est presque 15h et nous avons encore 20km pour boucler notre tour, et surtout ne pas rater la navette à 17h30 à Pallas. Une petite grimpette nous attend dans un décor minimaliste, le vent doit décourager les arbres de pousser. Puis, une longue descente en virage, suivie de faux plats permet de rejoindre ce que Philippe nomme « le couloir de la mort ». C’est une montée longue, raide, à l’ombre qui permet de traverser les tunturis. Heureusement, la neige est en bonne condition et le vent est absent, c’est déjà assez dur comme cela… Impossible de skier, il faut monter en canard comme on peut. Cela dure longtemps, car il faut atteindre un col éloigné qui permet de basculer sur Pallas.

Nous jouons contre la montre et arrivons finalement vers 17h25 à l’hôtel de Pallas, juste le temps de prendre une boisson avant que la navette n’arrive. Au final, nous avons parcouru 45km et 800m de montée.

La suite du voyage...

Poster un commentaire