Blog Voyage Trek BivouacHRP

HRP, la traversée des Pyrénées en rando bivouac

de Patrick

audio

HRP 2019, un grand cru pyrénéen!

 

HRP rando bivouacC’est un rêve de gosse, un truc traînant dans ma tête, faire la traversée des Pyrénées en rando bivouac. À 18 ans déjà, je partais avec Fred, un voisin avec qui j’ai passé une bonne partie de mon adolescence, faire quelques étapes du GR10. L’équipement n’était pas au top: canadienne et ses piquets en ferraille, sacs à dos récupérés dans le garage, et bien sûr l’indispensable lecteur de cassettes et ses piles de rechange pour nous assurer des soirées « musique sous les étoiles ». Autant vous dire, on n’a jamais atteint Saint Jean Pied de Port!

Mais en 2019, le projet tient un peu mieux la route! Rapidement la HRP,  la Haute Route des Pyrénées, un itinéraire d’altitude slalomant entre France et Espagne, s’impose comme une évidence. C’est une route qui a été ouverte par Georges Véron en 1981, mais aujourd’hui, en plus d’un trajet classique en 41 étapes, il existe une multitude de variantes HRP. Chacun détermine donc son itinéraire à son gré, suivant ses aspirations, et bien sûr suivant la météo. Je suis accompagné de Philippe, un ami de longue date rencontré sur les sentiers islandais et Corine nous rejoint sur le milieu du parcours.

Pour construire notre parcours HRP, nous avons utilisé le guide de Jérôme Bonneau, dont le titre Trans’ Pyr ne manque pas d’humour. C’est HRP topo guideun parcours de Banyuls à Hendaye qui propose de nombreuses variantes évoluant en terrain « montagne », requérant une certaine expérience des blocs, pentes herbeuses raides et névés ainsi qu’un bon sens de l’orientation. Cela nous va bien!

À partir du topo, nous déterminons nos itinéraires en fonction de la description qui en est faite. Jérôme nous met l’eau à la bouche et il est parfois difficile de choisir, car pour nous  c’est une première dans les Pyrénées et tout est à découvrir. Nous traçons ensuite les itinéraires sous Google Earth et rentrons les fichiers .gpx sur notre Garmin. Comme nous sommes en bivouac, cela nous laisse la latitude de raccourcir les étapes trop longues et à l’inverse de rallonger les étapes de 5h ou moins. bivouac-étapes-HRPFinalement, notre HRP est un copieux parcours de 45 étapes.

Nous nous en sommes peu écartés puisque nous avons réalisé notre HRP en 46 étapes et une journée supplémentaire à Bolquère pour nous reposer et soigner les bobos. Il faut dire que les conditions météo en Juillet et Août 2019 sur les Pyrénées étaient exceptionnellement bonnes. Nous avons eu en tout et pour tout, un après-midi de pluie avant Bolquère, un autre après le col inférieur de Litérole, une matinée de pluie aux sources de Marmitou et une autre en quittant l’abri d’Ardané. Les névés étaient bien fondus et je n’ai pas sorti les crampons du sac.

 

Quelques conseils pour la traversée des Pyrénées

C‘est un peu nouveau pour moi: je connais la rando bivouac en montagne, mais partir sur une  traversée de 50 jours, c’est un peu un challenge. La différence, je pense, est dans la capacité de l’organisme à s’adapter à un nouveau mode de vie, et le point à ne pas négliger est l’alimentation. Sur ce dernier point, nous avons tout de suite convenu de profiter des refuges présents sur la HRP pour prendre le repas du soir, chaque fois que possible, c’est à dire plus d’un jour sur deux par rapport à notre feuille de route de la HRP. En plus, cela fait moins de portage. Par contre toujours en bivouac, car croyez-moi, on ne dort jamais aussi bien que dans sa tente après une longue journée de randonnée!

Pour les repas de bivouac, ce qui nous convenait le mieux était une grosse ration de pâtes à la sauce tomate et une conserve de thon ou maquereau. Pas compliqué! Pour le p’tit dej’, muesli ou flocon d’avoine et lait Nestlé, c’est parfait et on trouve ces produits partout.

Autre point à ne pas prendre à la légère: les chaussures. C’est fondamental de prendre une marque et un modèle que l’on a déjà testé. Acheter une paire neuve, car sur les 800 km et 48 000m de dénivelée de la HRP, elles seront rectifiées!!! Pour ma part, j’ai pris les Asolo Greenwood GV, que j’adore, une chaussure très confortable, un bon déroulé du pied, un grip remarquable en rocher, éboulis. J’ai remplacé la semelle de propreté, par une semelle orthopédique que j’utilise pour la course à pied. Nickel!

HRP sac à dosDernier point et pas des moindres, le sac à dos et son contenu. Le sac à dos, c’est votre compagnon de route pendant toute la HRP, et selon le cas vous allez l’aimer ou le haïr! Un sac à dos trop lourd impose une dépense d’énergie, ralentit votre progression, vous aurez du mal à récupérer au fil des étapes. À l’inverse, il ne faut partir trop léger, vous êtes en haute-montagne avec potentiellement des imprévus climatiques.

Alors, comment faire??? Eh bien c’est facile à dire, mais il ne faut emmener que l’essentiel, et du matériel technique prévu pour la randonnée itinérante… Au niveau budget ce n’est pas donné, mais c’est du matériel que l’on acquiert au fil des années et qui dure dans le temps. Au total mon sac à dos pesait un peu plus de 9kg, sans nourriture ni eau. Voilà le contenu de mon sac à dos pour vous aider. Qu’est ce qu’il manquait: rien! Qu’est ce qu’il y avait en trop: la liseuse! Je suis un gros lecteur et j’hésite à m’en séparer, mais les soirées sont courtes, je tiens un petit compte-rendu de la journée et la fatigue arrive souvent avant que j’aie terminé!

HRP bivouac appareil photoPar contre, je ne regrette pas mon appareil photo et sa pochette que je porte en bandoulière. Je ne saurai partir en randonnée  sans un appareil photo. Il est bien accessible et le poids tout compris de 1kg ne gène pas, car il est porté sur le côté et indépendamment du sac à dos. C’est un hybride Fuji X-E2 et un objectif 18-55mm et il fait des photos super.

Je n’abandonnerais pas non plus les crampons, sur un parcours de montagne comme la HRP, même s’ils ne m’ont pas servi cette fois. En 2018, j’ai appris qu’ils étaient fortement recommandés sur certains passages que nous avons empruntés. En discutant avec les trois amis rencontrés sur la HRP, Jean et Fabrice m’ont raconté que faute d’équipement, ils étaient déjà partis en glissade sur des névés, qu’ils s’étaient fait très peur et avaient eu beaucoup de chance. Deux personnes sur trois, cela fait beaucoup et évidemment, ceux qui n’ont pas eu cette chance ne sont pas sur les sentiers pour le raconter… Depuis ils emportent au moins un piolet.

 

Bon, et la HRP, c’était comment ?!?

Eh bien, c’est sans aucun doute la rando-bivouac la meilleure et la plus belle que j’ai jamais faite. Les paysages d’une région à l’autre sont différents et c’est un plaisir sans cesse renouvelé. En effet impossible de comparer la rondeur et le vert des collines du Pays basque à l’âpreté et l’austérité des aiguilles d’Ansabère. En amoureux de la haute-montagne, je décernerai une mention spéciale pour l’Ariège, le parc d’Aigüestortes, le Luchonais. Il faut souligner la beauté des Pyrénées espagnoles, souvent inconnus des Français, avec ses myriades de lacs et ses fantastiques paysages sauvages. Sur ce parcours de la HRP, rien n’est à jeter, il n’y a que du bon et du très bon!

HRPOn m’a posé la question (et je me la suis posée), de la différence entre HRP et GR20. Je pense que c’est plus ardu, plus engagé, beaucoup moins fréquenté (sauf quelques parties). Les paysages ne sont pas comparables, ils ne sont pas non plus comparables aux Alpes. Ce qui m’a le plus impressionné c’est l’aspect extrêmement minéral, sauvage et désert de certains secteurs, l’abondance de lacs, la flore aussi.

Le mieux c’est de vous faire votre propre idée en lisant les pages de ce blog et en visionnant les photos. J’espère que vous y prendrez autant de plaisir à le lire que j’ai eu à l’écrire! Cela a été pour moi une catharsis!

Des questions, des commentaires sur notre HRP? N’hésitez pas, ce sera un plaisir d’en discuter!

 

 

 

Le voyage en un coup d'oeil

Poster un commentaire