Blog Voyage & Trek TrekEthiopie Ethiopie (2): les hauts plateaux du Tigray

Ethiopie (2): les hauts plateaux du Tigray

>>>> Plein Ecran <<<<
audio

Kombolcha, Mekele, Berhale

 

En pays Amhara

Kombolcha, Dessié, lac Hayk, Woldia, Alatama, Mekele

garage KombolchaLever prévu à 6h pour un départ à 7h de Kombolcha, car une longue journée de 4×4 nous attend. Nous mettons le réveil un peu plus tôt pour faire quelques photos avant le p’tit déj. Le jour se lève, Kombolcha s’anime tout doucement. De retour, nos hôtes attendent que nous nous asseyons et nous, nous attendons qu’ils mettent la nourriture sur la table… cela peut durer un moment!

Vers 7h30 nous levons le camp et traversons Kombolcha en direction de Dessié, capitale de Wallo, pays Amhara. Benjamin s’arrête dans un garage, car nous avons une roue dégonflée. Les ennuis continuent… cela promet pour la traversée du désert… En fait, les pneus sont vraiment lisses.

A l’occasion de cette pause forcée, nous photographions quelques scènes de rue, notamment une partie animée de baby-foot. Les 2 premiers 4×4 nous attendent au bord du lac Hayk. Nous y faisons une courte randonnée avant de repartir à Woldia, où nous prenons le repas de midi. Nous rejoignons rapidement Alamata au pied du premier col. Nous passerons trois cols entre 2400m et 3000m.Ethiopie hauts plateaux

Nous traversons la région des hauts plateaux, les paysages sont magnifiques. De nombreuses cultures: du sorgho rouge, jaune ou blanc, du blé, des réserves de grains partout. Nous quittons la région du peuple Amhara pour celle du Tigray. Les visages changent, les tenues également. Nous nous arrêtons pour prendre une femme et ses enfants en photo. Elle est très belle avec ses petites tresses et sa parure de bijoux. En fin d’après-midi, nous descendons sur Mekele, capitale du Tigray, où nous devons passer la nuit dans un grand hôtel touristique. Pas le choix…

 

 

Du pays Tigray au pays des Afars

Mekele, Wukro, Berhale

Ethiopie église TigrayLever vers 6h15. Une bonne douche, la dernière avant plusieurs jours… Je rattrape le retard de mon journal de bord, j’écris quelques cartes postales que je laisse à l’hôtel. Puis, nous partons vers 8h en direction de Wukro, où nous visitons l’église rupestre Wukro Tcherqos de la période post-axoumite, qui est antérieure aux églises de Lalibela. Cette église est construite en roche de grès du Tigray, roche facile à travailler.

Dans une église orthodoxe, il y a trois parties

  • le Saint des Saints où l’on dépose l’arche d’alliance qui ne sort qu’au moment de l’épiphanie. Seul le prêtre rentre dans cette partie pour mettre de l’encens,
  • la partie de l’eucharistie,
  • la partie des chants religieux,

ainsi que trois instruments pour les chants religieux

  • le sistre servant pour les processions,
  • le bâton de prière guidant les chants,
  • le tambour rythmant les danses lors des grandes fêtes.

maison tigrayAprès la visite, nous quittons rapidement la route pour emprunter une piste jusqu’à la seconde église. Cette dernière est dédiée à St Michel. En route, nous faisons une courte pause au niveau de maisons typiques du pays Tigray (maison en pierre et toit de chaume). Les paysages des hauts plateaux sont magnifiques: une succession de plans, de terrasses cultivées, laissant place à une végétation de plus en plus désertique. De nombreux villages jalonnent la piste, tandis que des hommes, des femmes, de jeunes enfants, accompagnés d’animaux se pressent sur le bas-côté.

Nous assistons à la sortie de l’école. Plus d’une centaine d’enfants de tous les âges portent l’uniforme. Il se fait un petit creux et nous déjeunons dans un endroit idyllique, entouré de cactus, bordé d’une falaise sur laquelle une église est perchée. Il fait chaud, plus de 30°, je pense. Nous approchons du désert du Danakil, et il va falloir s’acclimater à des températures hors norme.

Ethiopie église orthodoxeNous nous dirigeons vers l’église. Quelle surprise, là-haut, une cinquantaine d’hommes, tous vêtus de blancs, sont réunis pour une cérémonie religieuse. Nous visitons l’église qui date du 13e siècle et présente un très beau portail rose et à l’intérieur, de belles colonnes de pierre. Nous rejoignons les 4×4 et reprenons la piste qui descend 2000m à flanc de falaise jusqu’au village de Berhale.

En route, nous commençons à croiser les caravanes de chameaux qui descendent du village pour acheter du sel. Ils vont arriver dans la nuit. Les hommes et les bêtes sont fatigués, ils réclament de l’eau et de la nourriture. La plupart de ces gens viennent des hauts plateaux et ils mettent environ 7 jours pour relier Mekele à Berhale. Ils font 2 ou 3 voyages, puis laissent reposer les animaux. Il y a entre 20 000 et 25 000 chameaux par semaine qui font la route de Mekele à Berhale.

Nous rencontrons de nouveau de très belles femmes de l’ethnie Tigray, avant de rentrer dans le pays des Afars. Nous bivouaquons à la sortie du village de Berhale. Le village semble très animé. Il y a de nombreuses «boutiques». Les chameaux placides se reposent sur la place du village. Nous faisons connaissance avec notre cuisinier Salomon et son aide qui nous accompagneront dans le désert du Danakil. Gebriel et les chauffeurs montent les tentes sous les acacias à quelque distance de Berhale. La nuit promet d’être chaude, il fait plus de 30° et la température ne baisse guère…

La suite du voyage...

Poster un commentaire